jeune-intermittent

jeûne intermittent

Pratiquer le jeûne intermittent, ou sauter des repas, est-ce la même chose?

C’est bon ou c’est pas bon? Je mange ou je mange pas?

Voici quelques lignes qui parleront à nombre d’entre nous:

 

« Aujourd’hui, je n’ai pas le temps, je suis au bureau, les dossiers défilent, j’ai envie de partir tôt, je décide de ne pas prendre de déjeuner pour gagner du temps : je saute un repas !! »

 

 

« La semaine passée, il faisait froid, je n’ai rien prévu pour mon déjeuner, et pas envie de sortir me chercher mon repas de midi, je bois des cafés pour me réchauffer, je saute à nouveau un repas !! Bon c’est un peu dur mais finalement, je consomme moins de calories »

 Et tout cela, tout en me donnant en me donnant bonne conscience !!

En plus je me dis que c’est une sorte de jeune intermittent, non? On en parle partout, c’est sûrement pas si mauvais de manger un peu moins.

Sauf que, dès 15h00 ou 16h00 je deviens un autre moi-même. De docteur Jekill je me transforme en Mister Hyde, en Dracula quand il est assoiffé, en …enfin voilà, je deviens mon double maléfique, pas très en forme et pas très sympa ; même les traits de mon visage sont tirés, je semble plus dure.

Tout cela c’était avant, avant lorsque je cherchais à perdre du poids mais que je n’y parvenais jamais car je maltraitais mon corps, et mon esprit.

Alors, voulez-vous savoir ce que je pense des ravages lorsque l’on saute le repas ?

Je vais tout vous dire sur les conséquences de ces pratiques.  

Et alors, qu’en est il du jeûne intermittent ????

c’est comme sauter un repas ???

Alors je mange ou je ne mange pas ?? Venez faire le tour de cette fausse bonne habitude et de ses conséquences sur notre santé, notre bien être.

C’est vrai, parfois nous manquons de temps, et nous faisons l’impasse sur le déjeuner par exemple ; ça ressemble à la solution idéale pour manger moins, moins de sucre, moins de mal bouffe, moins de ci ou moins de ça….c’est la solution idéale pour trouver encore du temps à remplir par autre chose, quelques dossiers, quelques trucs à faire vite fait entre midi et deux heures.

Mais en vérité, je vous le dis……..attention aux conséquences.

Oui on est plus fatiguées lorsque l’on saute un repas, oui on est de mauvais poil, on rouspète, on rechigne, tout semble plus compliqué et plus insupportable en fait.

Dans ma méthode pour mincir, je rejette tout simplement l’idée de sauter un repas, voire de laisser la faim s’installer. Lorsque l’on a faim on mange, c’est comme cela chez « maigrirpourdevrai.com ». J’ai trop fait de diète durant lesquelles la souffrance et la faim étaient nécessaires (ce sont des mots de nutritionnistes, oui oui !!) pour maigrir. Sauf que oui j’ai beaucoup souffert de la faim, mais non je n’ai jamais maigri durablement avec ces pratiques !

Donc voilà, les quelques conséquences néfastes que j’ai pu relever suite au fait de sauter un repas, de façon aléatoire mais régulière.

maigrir-pour-de-vrai.com gourmandise

Sur l’humeur :

Sauter un repas une voire plusieurs fois par semaine, de façon anarchique, aléatoire est l’excellente façon de développer des troubles du comportement alimentaire.

On perturbe ainsi complètement les signaux de la faim et notre corps qui ne sait plus où il en est.

De plus, nous allons être en souffrance et notre corps recherchera le carburant le plus rapide et efficace : le sucre !! Et nous voici tomber dans les pulsions….irrésistibles pulsions !!

Nous risquons d’être plus déprimée, de stocker tout ce que nous mangerons ensuite, car notre pauvre petit corps a peur de manquer encore, et il doit donc faire des reserves.

Sauter les repas c’est aussi se priver de vitamines, de minéraux, de nombreuses molécules impliquées dans la beauté et le bien-être.

Sur notre foie :

Il utilise nos aliments pour produire du glucose, carburant nécessaire.

Lorsque nous mangeons, le foie stoppe sa production car nous utilisons les sucres des aliments que nous mangeons.

Lorsque nous sautons des repas de façon régulière et anarchique,  de peur de manquer de glucose, le foie en fabrique non-stop ( même lorsque nous venons de déjeuner) pour être sûr d’en disposer 24h/24 . Le foie devient insulino-résistant ; c’est la porte ouverte au diabète de type 2, au surpoids au niveau de l’abdomen.

 

Sur le cerveau :

Durant les 6 heures après un repas tout se passe bien, le corps se charge de puiser l’energie necessaire dans notre alimentation (25% de l’energie pour le cerveau).

Après 6 à 8 heures après un repas, on a faim ; c’est un signal qui dit que notre stock de glycogène (glucose) est en baisse trop importante. Notre taux de sucre dans le sang baisse, des hormones nous poussent à manger. Outre l’irritabilité, notre cerveau est à ce moment vraiment ralenti, il est très en dessous de ses capacités à réfléchir, à se concentrer à patienter, à relativiser…..bref, on devient juste insupportable et tout nous est insupportable à ce moment-là ! Ce n’est donc pas le moment d’espérer travailler efficacement, de régler quelque dossier que ce soit.

Mais miracle !!!! Un simple repas, même léger, remet tout en ordre.

Et sur notre métabolisme :

C’est selon notre profil génétique. Soit notre organisme nuance les effets sit, et c’est bien le plus fréquent, la glycémie est très basse, et  le cortisol (hormone du stress) augmente, et l’on devient anxieux et stressé, on pense sans cesse à la nourriture. Et là, notre organisme prend une décision juste vitale pour lui : stocker pour ne plus manquer !! Surtout si le repas qui suit celui que l’on a raté est très riche en sucre, en gras.

On gère moins bien le glucose, l’hormone coupe faim déraille et ne sait plus quand nous dire STOP !, on devient moins apte à digérer les graisses…Bref, complication digestives et surpoids pitent le bout de leur nez.

Et qu’en est il de la perte de poids ?:

Et bien, en sautant les repas, on de ne maigrit pas du tout….on a même tendance à prendre des kilos : comme le foie produit non stop du glucose, celui-ci est stocké dans les cellules graisseuses de l’abdomen, elles seront difficiles à déloger. Alors que si vous aviez mangé normalement, le corps aurait pu éliminer au fur et  à mesure.

Bon j’espère vous avoir convaincu ?

fasting-jeûne-

 

Moi la première je faisais cette erreur par le passé. Ou alors je sautais un repas, ou je mangeais « vite fait » quelques fruits à midi. C’était fatal, je rentrais encore plus affamée et j’ingurgitais n’importe quoi et si possible du sucre.

Et si on parlait du jeune intermittent ?? Mais oui j’y arrive

Eh bien oui, après tout ce que je viens d’énoncer, la pratique du « fasting » (ou jeûne intermittent) semble très déconseillée.

Sauf que, ce n’est pas la même chose ; en effet, le jeûne intermittent, très à la mode actuellement, est la programmation d’une période de jeûne quotidien, tout en respectant l’équilibre alimentaire pour les périodes de prise de repas. Et cela fait une énorme différence.

Avec le « fasting », tout est programmé, anticipé et notre organisme va prendre un rythme et fonctionner parfaitement. Il va être suffisamment nourri avec des repas très équilibrés, on va limiter les prises alimentaires à 8h/jours pour un premier effet detox, on limitera les sucres et produits raffinés, puis s’en suivra probablement une perte de poids.

Comment ça marche le « fasting » ?

Pour commencer je n’ai jamais tenté de fasting jusqu’ici, mais ce que j’en ai lu me plait plutôt beaucoup.

Il y a de nombreux exemples de jeûne intermittent, voici l’un deux que je pense être tout à fait réaliste.

Il s’agirait de se nourrir normalement, en faisant de vrais repas variés et équilibrés sur une amplitude de 8h/jour, (entre 12h00 et 20h00 par exemple) puis de laisser le corps jeûner (et pas conséquent se nettoyer) pendant 16h00 (de 20h00 à midi par exemple). Il s’agit de consommer beaucoup d’eau, de tisane, du café ou autre boisson sans sucre durant les 16h00.

Lors de la prise de repas, l’essentiel étant de bien équilibrer son alimentation : légumes frais à chaque repas, fruits, protéines, féculents complets……Pour atteindre un rythme de croisière facilement, certains recommande d’aller progressivement vers ce rythme

8h00/16h00.

Prises collectivement, les études indiquent que le jeûne intermittent peut en quelques semaines diminuer les graisses corporelles et le tour de taille. Les chercheurs pensent que le jeûne intermittent permet de maigrir, soit parce qu’on diminue la consommation énergétique puisque les occasions de manger sont moins nombreuses, soit parce qu’on fait baisser l’insuline (hormone qui favorise le stockage des graisses), soit parce qu’on rétablit un rythme circadien favorable à la perte de poids.

Le fasting permettrait aussi de faire baisser l’insuline et la résistance à l’insuline ainsi que le sucre sanguin.

 Il  s’accompagne de changements positifs dans les gènes associés à la longévité et l’immunité, d’une baisse du stress oxydant et de l’inflammation.

Alors voilà, en ce qui me concerne, je ne saute plus aucun repas de façon aléatoire, ou anarchique depuis déjà 2 ans, et je me sens bien mieux ainsi.

En revanche, je me laisserais bien tentée par l’expérience jeûne intermittent : pour nettoyer mon organisme et trouver de la vitalité avant l’arrivée du printemps, et puis pour vérifier, si oui effectivement cette méthode peut me convenir et ce que je peux en tirer comme bénéfice.

J’avais prévu de tester le jeûne intermittent pour un mois, dans sa version 8/16.

Les principes même du fasting sont tout à fait compatibles avec la méthode E-Cal…..sauf si la sensation de faim est trop importante. Pour éviter, cela,j’ai déjà commencer à décaler mon petit déjeuner cette semaine, une à deux heures par jour….les témoignages montrent que la faim ne se fait plus sentir très rapidement., à condition de bien se nourrir les reste du temps….

 

Sauf que voilà, effectivement testé mais pendant une semaine !!

J’ai mangé en 8/16 toute une semaine, et je ne me sens pas très bien: si les premiers jours étaient assez positifs, j’ai vite remarqué que mes collations de fruits le matin me manquent et cela crée des pulsions; j’arrivais à table à midi avec une envie d’aliments consistants, pas du tout envie d’équilibrer.

Les repas du soir étaient plus complets, plus riches, car j’avais un sentiment de vide, d’envie; or avec ma méthode, je mange lorsque j’ai faim, donc je n’avais plus l’habitude d’avoir des pulsions incontrôlables; le fait de manger plus le soir (ben oui il fallait tout de même tenir jusqu’à midi le lendemain)  je dormais très mal.

Je n’ai pas perdu de poids, mais surtout j’ai le sentiment que mon organisme a du mal à accepter une nourriture en plus grande quantité et plus riche; en fait en faisant le choix de manger durant 8 heures dans la journée, j’étais obligée de limiter les occasions de manger et j’arriver au repas avec un sentiment de manque.

J’ai retrouvé les pulsions liées au régimes restrictifs que j’ai pu faire par le passé.

Je n’ai pas aimé cette expérience, je n’ai pas senti de point d’équilibre, aucune sérénité pour moi dans le fasting,  et un rapport à la nourriture biaisé.

 

Ahh vivement demain, que je reprenne Mes bonnes habitudes alimentaires!!

Pose tes questions grâce à la bulle des commentaires.N’hésite pas à partager ta propre expérience de fasting!!

Et pour découvrir des recettes, clique par ici

Pour me rejoindre sur Facebook, c’est ici

Post a Comment

Tu souhaites maigrir ??

Tu veux faire un véritable bilan minceur?

Pourquoi hésiter, c'est GRATUIT !!,

Un simple clic, et nous faisons un point complet par mail!

Bravo, ton inscription pour un bilan gratuit est enregistrée.

Oups!! Il y a eu une erreur, essaie à nouveau ou contacte moi par Facebook

Maigrir pour de vrai will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.